Paroles – Singles 2019

Le présent

Le temps s’évade
De sa prison,
Insaisissable,
En suspension.
Tel un nuage,
Nappe de coton
Protéiforme
Qui retient l’eau.
Il s’aventure,
Loin du connu
Au gré des vents
Soufflant à vue.

Un moment,
Un instant,
C’est maintenant,
Le Présent.
Un moment,
Un instant,
C’est maintenant,
Le Présent.

Le temps échappe
Aux injonctions
De nos messages
Subliminaux.
Les 24 heures
De l’illusion
Ont indiqué
Leurs intentions
Un jour, une heure,
Incontrôlés,
J’épouse les vagues
En fluidité

Un moment,
Un instant,
C’est maintenant,
Le Présent.
Un moment,
Un instant,
C’est maintenant,
Le Présent.

Le temps s’efface
Derrière les murs
De nos écrans
Sous dictature.
Un goéland
S’en est saisi.
Nouvel espace,
Nouvelle vie.
Nouvelle vie.

Un moment,
Un instant,
C’est maintenant,
Le Présent.
Un moment,
Un instant,
C’est maintenant,
Le Présent.

Vision positive

Subir tes désirs,
Chasser les plaisirs,
Te feront souffrir.

Sois un peu malin,
Épouse ton destin,
Clarté du matin.

Relâche la tension,
Relaxe sans pression,
Dévoile ton rayon.

La lucidité
Est ton allié,
Grandes avancées
Sur le chemin des éclaircies.

Vision Positive,
Quelque soit la rive.
Positive vision,
En toute position.
Vision Positive.

Inspire extatique,
Expire cathartique,
Le calme olympique
Se pose dans tes tripes.

Ressens la puissance
De ta pure essence,
Comme une renaissance
Du fond des abysses endormies.

Le feu est en toi,
Brasier qui nettoie,
Chaleur qui broie
Toutes les écorces de la nuit.
Vision Positive (x6)

A part of me

A part of me feels I’m already gone.
A part of me thinks I’m all done.
A part of me feels I’m already gone.
A part of me thinks I’m all done.

Pourtant je suis là.
Je ressens le froid
Et j’entends des voix,
Qui résonnent, qui s’envolent, qui s’échappent
Tout autour de moi.

A part of me feels I’m already gone.
A part of me thinks I’m all done.
A part of me feels I’m already gone.
A part of me thinks I’m all done.

Drôle de sentiment,
Étranges sensations,
Je perçois le vent
Qui m’agite, qui m’excite et qui souffle
En toute direction.

A part of me feels I’m already gone.
A part of me thinks I’m all done.
A part of me feels I’m already gone.
A part of me thinks I’m all done.

Invisible rooms

Everybody,
Everybody lives
In invisible rooms.
Here only to reveal
Our indisputable truth.
Everybody,
Everybody lives
In invisible rooms.

No one to see,
Nothing to care,
I just want to live
Forever there.
No one to see,
Nothing to care,
I just want to live
Forever there.

Nous vivons tous dans des chambres invisibles.
Flottant dans l’espace atomique paisible.
Nous vivons tous dans des chambres invisibles.
Dansant au rythme de nos cœurs sensibles.
Nous vivons tous dans des chambres invisibles.
Tourbillonnant en ellipses fertiles.

Tous nos corps sont cachés par des miroirs
Qui reflètent au loin nos mémoires.
Seuls nos regards projettent l’espoir,
Éblouis par les lumières du soir
Je chasse les nuages aux formes aléatoires.
Protège-moi (mon amour) des appels illusoires.
Nous vivons tous dans des chambres invisibles.
Flottant dans l’espace atomique paisible.

Nous vivons tous dans des chambres invisibles.
Dansant au rythme de nos cœurs sensibles.
Nous vivons tous dans des chambres invisibles.
Tourbillonnant en ellipses fertiles.

Vers l’unité

Je pars à la rencontre d’un autre continent.
J’embarque aussitôt, l’inconnu m’attend.
L’agitation mentale se fait balayer.
Les vagues incessantes viennent me tranquilliser.

Calme et confiance nourrissent ma joie.
Je navigue à vue, est-ce que quelqu’un me reçoit ?

Ecoute et rêves aiguillent ma traversée.
Je sens que je voyage vers l’unité.
Je sens que je voyage vers l’unité.
Je sens que je voyage vers l’unité.

J’arrive au soleil,
Et devient plus aimant,
Le ciel écarlate
A chassé mes tourments.
Un sourire discret se devine sur mes traits.
Il dessine en couleur mes yeux illuminés.

Calme et confiance nourrissent ma joie.
J’embrasse à pieds nus la terre qui me reçoit.

Ecoute et rêves m’ont redirigé.
J’arrive chez moi.
J’arrive chez moi.
J’arrive chez moi sans avoir bougé.
Sans avoir bougé.

Dernière frontière

Le souffle des rails hante mes nuits.
Les trains passant au loin évoquent de drôles d’énergies.
J’émerge lentement d’une moite léthargie
Et plonge dans une heureuse mélancolie.
Paupières étourdies, j’esquisse un sourire
Devant ce nouveau jour prêt à m’attendrir.
Les rêves extravagants, aux oubliettes,
Ont laissé place aux lueurs discrètes.

Je franchis la dernière, la dernière des frontières.
Entre éveil et sommeil, le voile se desserre.
Je franchis la dernière, la dernière des frontières.
De l’ombre à la lumière, j’éclate mes repères.

J’évolue en profondeur,
Captivé par l’illusion de ce monde en couleurs.
Mes sens donnent du relief aux êtres.
Mes gestes marquent la présence du maître.
Je découvre les joies, les joies enfouies,
Masquées par les egos instruits.
Dépouillement des conditionnements,
Reste l’essence de qui nous sommes vraiment.

Je franchis la dernière, la dernière des frontières.
Entre veille et réveil, je change d’hémisphère.
Je franchis la dernière, la dernière des frontières.
Je m’unis à autrui et retrouve la vérité première.
Je franchis la dernière frontière.

L’esprit inspire

Je déambule dans la forêt,
En funambule des verts sentiers.
Des chênes, des frênes, des châtaigniers,
Ondulent et dansent comme déchaînés.
De ces géants soumis soumis au vent
Viennent s’évader les feuilles d’automne
Qui s’abandonnent au sol trempé.

La terre boueuse retient mes bottes.
Ma conscience elle attire des notes.
L’inspiration vient en marchant.
Libération de mes tensions,
L’esprit léger, mental absent,
Je suis l’instinct de création.

Est-ce la route à emprunter?
Est-ce le chemin de vérité?
Toi seul le sait,
Laisse ces vers t’imprégner.

J’accepte et grandis.
J’aime donc je suis.
La joie est la voie.
Suis la avec foi.

Le temps s’écoule à toute allure
Quand la passion en moi perdure.
Ou que je sois, quoi que je fasse,
Je suis heureux, les murs s’effacent.
La voix est claire, même sous la pluie.
Le ciel est bleu, transit d’éclairs
Qui électrisent les cimetières.

Les éléments m’ont aspiré,
Dans leur folie bien orchestrée.
Les idées fusent, je m’exécute.
Dans mon carnet, je canalise.
Pas de questions, que des surprises
Qui tombent à pic sans parachute.

J’accepte et grandis.
J’aime donc je suis.
La joie est la voie.
Suis la avec foi.
Suis la avec foi.

Force créatrice

Il n’y a pas de course,
Juste un chemin.
Il n’y a pas de doute,
Que de l’entrain.

Il n’y a que des rêves,
Que des sourires.
Il n’y a que l’amour
Qui peut servir.

Tu es magnifique.
Magnifique.
Magnifique, magnifique.
Force créatrice, magnifique.
Magnifique.

Sors du sens unique,
Du sens qui profite,
Des images magiques,
Qui t’étourdissent.

Des étoiles sur ta peau
Qui s’évanouissent,
S’envolent dans la nuit,
Sans cicatrice.

Tu es magnifique.
Magnifique.
Magnifique, magnifique.
Force créatrice, magnifique.
Magnifique.